La méthode Feldenkrais d’éducation somatique ou le corps sensible, neuronal, au cœur de l’apprentissage

Bien appréciée de la communauté Feldenkrais, cette vidéo est rapidement devenue un classique.

On y voit un montage de capsules filmées sur quelques semaines, durant lequel bébé Liv traverse différentes étapes de son développement moteur où elle apprend à rouler et à s’orienter dans l’espace pour se mouvoir et communiquer.

Le processus d’apprentissage de l’enfant est présenté comme une leçon de Prise de Conscience par le Mouvement, livrant ainsi l’essence de la pédagogie par le mouvement développée par Moshe Feldenkrais.

En plus de nommer  les bases de la méthode  Feldenkrais, cette vidéo aborde la question fascinante  du développement  et de son lien étroit avec le mouvement et la sensorialité. Il s’agit d’un sujet riche qui est au cœur des préoccupations  de l’éducation somatique et qui se trouve au carrefour de différentes disciplines qui s’intéressent  à la relation entre le corps et l’esprit comme les neurosciences, la philosophie, la danse et la psychologie, pour ne nommer que celles-ci.

Il est essentiel de ramener les sens dans l’équation d’apprendre :

Un cerveau sans corps ne peut penser.
– De Moshe Feldenkrais, extrait de l’article Esprit et corps, bulletin APMF, France  mars 10-13-1994.

C’est à partir de l’action que nous construisons notre perception du monde…. Cela signifie surtout qu’il faut réintégrer le corps sensible dans les processus cognitifs et dans une théorie de la conscience.
– De Alain Berthoz chercheur en neuroscience, extrait de l’article Au commencement était l’action. La recherche, 2008.

C’est le corps en mouvement qui perçoit, c’est le corps en tant qu’il est capable d’action qui est la base de la perception. C’est l’organisme tout entier dans sa structure et sa manière qui devient perceptif.
– De Maurice Merleau-Ponty, extrait du livre La Phénoménologie de la perception, Gallimard, 1945.